Dictionnaire sophrologique : comprendre la Relaxation Dynamique de Caycedo (2)

En mars dernier, nous avons abordé quelques-uns des principaux termes utilisés par les sophrologues caycédiens. Dans ce nouvel article, nous tenterons de définir les fondements, les principes, les pratiques, les techniques… sur lesquels reposent l’enseignement et les formations de sophrologue dispensés par l’ESSA, et ce dans le respect de la méthode mise au point par Alfonso Caycedo.

Concernant ce dernier point, insistons sur le fait que Anne Almqvist ayant été formée en Andorre, il y a près de 20 ans, par Alfonso Caycedo, l’École Supérieure de Sophrologie Appliquée qu’elle a créée dispense des cours parfaitement en phase avec les pré-requis de la méthode caycédienne, déposée en 1992 sous le nom de « Sophrologie Caycédienne® ».

Formation Sophrologie Caycédienne : l’ESSA forme des sophrologues heureux d’exercer

La sophrologie telle que la voulait son fondateur revendique clairement son orientation phénoménologique comme cadre d’exercice. Elle a pour dessein d’accueillir l’émotion par l’observation de ce qui est, de ce qui ce présente à la conscience, avec un regard égal pour tout, sans chercher à suivre ce qui nous plait ou à fuir ce qui nous déplait. La démarche est entreprise avec bienveillance, elle est dépourvue de jugement arbitraire et dénuée de commentaire. L’action positive prend ainsi toute sa dimension et permet de révéler nos ressources, dans l’accueil phénoménologique. Il s’agit de laisser sa juste place à l’émotion, au phénomène.

C’est dans cette perspective que les techniques de relaxation et d’activation à la fois corporelles et spirituelles de la conscience mises au point dans le cadre de la méthode caycédienne sont enseignées à l’ESSA. Chacune d’elles répond à des objectifs spécifiques qui sollicitent tous les sens, favorisent, selon les cas la concentration, l’observation ou la contemplation, et tendent vers le graal d’une conscience pleine et entière d’elle-même et du monde environnant.

Si les sophrologues formés à l’ESSA sont en mesure d’exercer en toute confiance, c’est parce qu’ils connaissent parfaitement la méthode, savent combien elle est efficace sur le développement et l’harmonie de leur propre conscience, et se sont entraînés à la pratiquer.

La Méthode Isocay à la base de l’apprentissage de la sophrologie chez ESSA

La Méthode Alfonso Caycedo s’articule autour de trois modus operandi principaux, présentés dans l’article précédent :

  1. Les 3 cycles et les 12 degrés composant les techniques de Relaxation Dynamique de Caycedo (RDC).
  2. Les protocoles définis pour l’Entraînement Sophrologique Caycédien (ESC), qui fixent la façon d’aborder chaque technique au regard des applications envisagées.
  3. La Sophro Analyse Vivantielle Caycédienne (SAVC) qui vise à optimiser la Vivance Phronique; et qui autrement dit permet une adaptation concrète de la méthode en fonction des situations et des personnes pour lesquelles elle est employée (un individu, un groupe…).

Relaxation Dynamique de Caycedo

En quoi consistent les techniques de Relaxation Dynamique de Caycedo ?

La Relaxation Dynamique de Caycedo comprend 3 cycles de 4 degrés chacun. La RDC est au coeur de l’apprentissage de la pratique sophrologique. Très précisément codifié, l’entraînement proposé pour chaque degré dure environ 1 heure et comporte une succession précise d’exercices d’activation tantôt spirituelle, tantôt corporelle, entrecoupés de pauses phroniques.

Une méthode qui favorise l’autonomie​ et la découverte de sa propre conscience dans un axe existentiel.

L’ensemble devant être effectué dans un contexte à la fois souple (assis ou debout, en individuel ou en groupe…) et propice à la méditation et à la concentration (la diffusion concomitante d’un titre d’Iron Maiden par exemple n’est pas forcément conseillée).

Cycle 1 de la RDC

Les 4 premiers degrés du 1er cycle sont sanctionnés par le titre de sophrologue praticien. Ils peuvent être appréhendés dans le cadre d’une formation au Cycle Fondamental de l’ESSA.

  • 1er degré (RDC1) : Vivance phronique du corps (Moi corporel). Il puise ses sources notamment dans la pratique du yoga et conduit à l’apprentissage de la concentration.
  • 2e degré (RDC2) : Vivance phronique de l’esprit (Moi présentiel). La contemplation telle qu’enseignée dans le Tummo tibétain succède à la concentration. Ce second degré favorise une conscience valorisée de soi-même et de soi dans le monde.
  • 3e degré (RDC3) : Vivance phronique de la rencontre du corps et de l’esprit. Inspiré par la méditation zen japonaise, le Moi phronique réductif fait la synthèse du Moi corporel et du Moi présentiel et mène à une pleine conscience de libre existence.
  • 4e degré (RDC4) : Vivance de la totalité. Il permet de faire l’expérience d’une méditation pratiquée en extérieur autour de ses valeurs existentielles. Objectif : la conquête de son monde intérieur « comme si c’était la première fois ».

techniques de relaxation dynamique à l'ESSA

Cycles 2 et 3 de la RDC

Les 8 derniers degrés de la Méthode sont abordés dans le cadre de la formation au Cycle Supérieur de l’ESSA.

Le cycle existentiel, aboutissement de la méthode, révèle « l’apprendre à exister ». La conscience s’ouvre alors dans une dimension à la fois corporelle (biologiquement jusqu’à la vivance des molécules) et spirituelle dans la révélation des valeurs spécifiques de l’Être (Liberté, Tridimensionnalité, Responsabilité et Dignité). Ce ne sont plus les valeurs sociétales qui prennent corps mais bel et bien des valeurs existentielles.

  • 5e degré (RDC5) : Vivance du son et de la conscience phronique radicale. La voix est ici utilisée en lieu et place des stimulis corporels, afin de vivre l’énergie de la conscience.
  • 6e degré (RDC6) : Découverte vivantielle de l’âme phronique radicale de toutes les cellules de la corporalité. La notion oxymorique des « sons inaudibles » sert d’activation de ce que Caycedo appelle l’âme phronique radicale, grâce à laquelle ce qui existe au-delà de la pensée peut exister et permettre la cohésion de la conscience.
  • 7e degré (RDC7) : Découverte vivantielle du corps phronique radical de la phylogenèse de la conscience sapiens sapiens dans toutes les cellules de la corporalité. Après la découverte du corps comme réalité vécue (RDC1), incursion dans les racines biologiques et génétiques du Corps profond radical. D’abord grâce à la phylogenèse (étapes de la vie sur Terre), puis avec l’ontogenèse de l’Homme (développement depuis sa conception jusqu’à sa forme adulte).
  • 8e degré (RDC8) : Découverte de l’esprit phronique radical et l’ontogenèse de la conscience sapiens sapiens dans toutes les cellules de la corporalité. Cet ultime degré du second Cycle invite en particulier à l’identification de son « Moi Epsilon » et de notre aptitude à se projeter dans le futur.
  • 9e degré (RDC9) : Entraînement phronique existentiel. La notion de liberté si chère à Alfonso Caycedo est le dénominateur commun de ce premier degré du 3e cycle. Il invite à une « Marche de la liberté phronique existentielle » qui incline à vivre le monde autrement à travers l’affirmation de ses propres valeurs.
  • 10e degré (RDC10) : Marche phronique de la tridimensionnalité des objets et constitution de la Région Interne Harmonieuse. Cet avant-dernier entraînement du cycle 3 suggère une perception des valeurs passées, présentes et futures des objets; une invitation à répondre positivement à la question d’Alphonse de Lamartine : « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? ».
  • 11e degré (RDC11) : Marche phronique profonde de la responsabilité et de la Tridimensionnalité des Êtres. Elle s’inscrit dans le prolongement de l’appréhension tridimensionnelle des objets, dans la perspective d’une prise de conscience exacerbée de notre responsabilité vis à vis d’autrui.
  • 12e degré (RDC12) : Marche Phronique de la Dignité,  de la grandeur de l’Existence de l’Être et de la nouvelle quotidienneté. Synthèse du travail effectué précédemment, cet épilogue constitue une sorte de flash-back sophrologique des moments vécus en présence des autres membres du groupe qui doit permettre son application au quotidien. Une rencontre existentielle avec autrui​.

Auteur : Eric Eymard (avec les conseils bienveillants de Brigitte Boulard et Patricia Gotteland)

2018-06-20T09:19:26+00:00 20 juin 2018|