Vous êtes sophrologue. Vous avez suivi une formation initiale à l’ESSA (ou dans une autre école) et obtenu le précieux sesame qui vous permet de pratiquer officiellement la sophrologie. Félicitations ! Vous souhaitez maintenant acquérir de nouvelles compétences. En particulier pour maitriser l’exercice de la phénoménologie existentielle. Connaissez-vous la formation au Cycle Supérieur de sophrologie de l’ESSA ?

Formation au cycle supérieur de sophrologie : de la prise de conscience de notre corps à celle de nos origines et de notre libre arbitre…

proto-soi RDC 5 à 12

Dans le cadre de votre formation au cycle Fondamental, vous avez pu appréhender la notion de « réalité corporelle » à travers les 4 premiers degrés des Relaxations Dynamiques de Caycedo (RDC).

Grâce à cet apprentissage, vous pouvez aider vos patients à se concentrer sur la richesse et l’intensité de leurs émotions, de leurs sens, de leur vécu… afin qu’ils puissent développer ce que António Rosa Damásio nomme le « proto-soi ».

Grâce à vous, ils seront en mesure de créer les prémisses de leur conscience en s’intéressant aux ressentis qui fondent leur être biologique ou physiologique.

Pour les sophrologues praticiens, le Cycle Supérieur constitue un complément approfondi du Cycle Initial.

La formation aux cycles Radical et Existentiel (tel qu’ils sont aussi appelés) permet d’aborder les techniques de relaxation dynamiques 5 à 12.

Les sons et autres vibrations sonores dites ou pensées sont aux 4 premiers degrés du Cycle 2 (RD 5 à 8) ce que la respiration est au Cycle Fondamental : un sésame.

Ils facilitent l’accès au « moi profond », socle du processus d’individuation.

Il s’agit d’utiliser les vibrations produites par l’émission vocale pour faire l’expérience de l’énergie au niveau des différentes parties du corps (dans 5 régions ou « systèmes » corporels). À partir de la prise de conscience de la circulation de « l’énergie phronique », c’est une fois de plus la possibilité de « dévoiler la conscience », de se poser de façon toujours plus affirmée dans l’existence.
Bernard Santerre

Le 3e Cycle (RD 9 à 12) « officialise » quant à lui la transformation existentielle opérée au cours des cycles précédents. Il témoigne de la liberté nouvelle offerte à l’individu : liberté de pensée, de choix, d’action…

Liberté d’Être, donc !

Le cycle existentiel, aboutissement de la méthode, révèle « l’apprendre à exister ». La conscience s’ouvre alors dans une dimension à la fois corporelle (biologiquement jusqu’à la vivance des molécules) et spirituelle dans la révélation des valeurs spécifiques de l’Être (Liberté, Tridimensionnalité, Responsabilité et Dignité). Ce ne sont plus les valeurs sociétales qui prennent corps mais bel et bien des valeurs existentielles.
Formation au cycle supérieur de l’ESSA

cycle radical sophroloque

Pourquoi suivre une formation au Cycle Supérieur de sophrologue ?

Parce qu’elle permet d’élargir les modalités d’action destinées à aider le sophronisant, la formation au cycle supérieur de sophrologie permet aussi de toucher des publics de tous âges et de tous horizons (enfants et adolescents, personnels des entreprises, personnes âgées…).

Son champ d’application couvre des sujets variés que les sophrologues en activité seront en mesure d’aborder avec une sérénité renforcée :

  • Sophro-généalogie
  • Energie, Pathologie & Douleur
  • Système immunitaire & Cancérologie
  • Accompagnement en fin de Vie
  • Gérontologie
  • Le milieu scolaire et les « Dys »
  • Sophrologie Onirique
  • Sophro-Analyse & Phénoménologie
  • Entreprise et Risques psychosociaux
  • Le deuil
  • Sophrologie et Neurosciences
  • La triangulation dans la posture professionnelle
  • Phobies
  • Solitude

À l’ESSA, la formation au Cycle Supérieur de sophrologie dure 112 heures. La prochaine session débutera le 7 septembre prochain. Elle s’achèvera en mai 2020.

À SAVOIR : la formation peut être financée par le FIFPL pour les sophrologues en exercice.

Découvrir la formation du Cycle Supérieur de sophrologie de l’ESSA

Auteur : Eric Eymard