Les professionnels de la santé dans leur ensemble ont été durement touchés par la pandémie. Les sophrologues aussi ont besoin d’être préservés et soutenus. Inscrits récemment comme partenaires de soins par l’association Soins aux Professionnels de la Santé (SPS), il était nécessaire de les accompagner durant cette période.

QVT et RPS concernent tous les acteurs de la Santé, sophrologues inclus…

campagne Soins aux Professionnels de la SantéChangements des conditions et des modalités d’organisation du travail, rythmes et risques accrus, confinement, manque d’informations… depuis près d’un an maintenant, l’épidémie a eu des conséquences importantes sur la Qualité de Vie au Travail et les Risques Psychosociaux des professionnels de la santé et des partenaires de santé.

Anxiété, stress, épuisement… sont le lot de femmes et d’hommes qui oeuvrent au quotidien pour soigner, soulager et aider leurs concitoyens.

Près de 85% des répondants ne se sont pas sentis soutenus sur le plan psychologique depuis le début de la crise.
Source : enquête Association SPS • 2020

Sollicités depuis plusieurs mois pour aider les soignants ou accompagner leurs patients, les sophrologues sont concernés par les difficultés engendrées par une crise sanitaire qui tend à s’éterniser.

Convaincus de l’urgence d’agir, plusieurs acteurs se sont mobilisés afin d’identifier l’ampleur et la nature des désagréments subis et de trouver des solutions concrètes pour y remédier.

La santé des sophrologues enfin prise en compte

Fondée il y a plus de 5 ans, l’association SPS, reconnue d’intérêt général, oeuvre pour appréhender les problèmes traversés, accompagner les professionnels de la santé concernés et prévenir le développement de ces maux.

SPS réalise des enquêtes, met en œuvre des actions et développe des outils innovants pour améliorer la qualité de vie des professionnels de la santé, prévenir et protéger leur santé, optimiser leur activité et la prise en charge des patients.

Consciente des risques que fait courir la Covid-19 sur tous les métiers de la Santé, SPS a choisi d’identifier l’ensemble des professions concernées et de faire intervenir les organisations impliquées sur ces thèmes.

Enjeu : promouvoir son action et accélérer son déploiement.

améliorer la santé des sophrologues en souffranceOutre les professions médicales et paramédicales et les professions administratives en santé, d’autres métiers ont été et seront touchés par la crise sanitaire.

Les sophrologues font partie des acteurs de la santé

L’implication du Réseau Professionnel National des Sophrologues (RPNS), fondé par l’ESSA, n’est pas nouvelle.

Interventions nocturnes dans les hôpitaux pour faire connaitre SPS, consultations gratuites de sophrologie en soutien aux soignants durant la période de l’épidémie, rédaction d’articles dans des journaux locaux, partages d’informations sur les réseaux sociaux, participation aux e-JADES, aux congrès et aux réflexions professionnelles…

Anne Almqvist (directrice de l’ESSA et ancienne soignante) et le RPNS soutiennent cette association depuis maintenant 3 ans.

La sophrologie a pu démontrer qu’elle était une voie efficiente à la fois en matière de prévention mais aussi pour soulager ces populations fortement sollicitées.

Pauline DUBAR est responsable de projets de santé publique pour l’association SPS, infirmière en réanimation et sophrologue formée à l’ESSA. Elle a œuvré pour inscrire le métier de sophrologue au sein de SPS en qualité de partenaire de soins.

sfs
réseau professionnel national des sophrologues
association SPS
sfp

Aider les sophrologues à traverser cette crise était une nécessité

Récemment, la Société Française de Sophrologie et le Syndicat des Sophrologues Professionnels ont rejoint le pôle santé du RPNS. Avec pour objectif de faire un état des lieux de la charge mentale du sophrologue inhérent à son activité.

Cette démarche est soutenue par SPS.

Des raisons d'agir renforcées par la reconnaissance de la sophrologie comme acteur dans le système de santé par SPS

  1. Inscrire le métier de sophrologue comme partenaire de santé,
  2. Engager les regroupements SFS, SSP et RPNS dans la prévention des RPS et la QVT des Sophrologues,
  3. Faire connaitre la charge mentale du sophrologue,
  4. Bénéficier du dispositif SPS afin que l’énergie professionnelle déployée par le sophrologue à l’endroit de l’autre ne se fasse pas au détriment de son propre bien-être.

Après avoir fait une présentation du métier de sophrologue, un questionnaire anonyme destiné à appréhender les attentes des sophrologues en matière de santé a été conçu.

Cette enquête validée et mise en forme par SPS sera largement diffusée.

La Société Française de Sophrologie, le Réseau Professionnel National des Sophrologues et le Syndicat des Sophrologues Professionnels se sont réunis le 27 novembre autour d’un sujet crucial, la santé au travail des sophrologues pour maintenir une bonne qualité d’accompagnement à la personne. Notre objectif à travers ce questionnaire anonyme est d’identifier les facteurs de risques psychosociaux des sophrologues professionnels indépendants et de proposer des actions ciblées au sein de nos structures mais aussi en se rapprochant de partenaires afin de favoriser une qualité de vie au travail.

Participer à l’enquête

Sensations vécues, situation professionnelle, attentes en matière de soutien psychologique, facteurs d’amélioration de la QVT… les réponses à ce questionnaire permettront de mieux comprendre le contexte et les besoins des sophrologues.

Dans un second temps, il sera possible de réfléchir aux actions à mener au bénéfice des sophrologues (supervisions, formations, soins…), en prévention de la souffrance au travail et afin de favoriser leur mieux-être.

Sur le même sujet :

Auteur : Anne Almqvist